Découverte de l'environnement subaquatique

PE 12 & PE 20

Introduction

Image
Les plongeurs débutants vont découvrir et évoluer dans un nouveau milieu mais qui est pourtant le plus ancien berceau de la vie. La vie est apparue et s’est diversifiée dans le milieu aquatique. Cependant, de nombreuses portions de mers et d’océans restent difficiles d’accès donc le nombre d’espèces connues reste faible. On estime entre 8 et 10 millions le nombre d’espèces sur notre planète dont un peu plus de 2 millions en milieu aquatique. Mais en réalité il reste 90% des espèces à découvrir (226.000 espèces aquatiques connues). On estime qu’environ 16.000 espèces nouvelles apparaissent chaque année, or entre 20.000 et 30.000 espèces disparaitraient pendant la même période.

La formation du plongeur débutant doit lui permettre d’appréhender l’importance de cette diversité et sa fragilité, d’envisager son évolution dans le temps et dans l’espace. 

Les caractéristiques

DE NOTRE PLANETE

J'observe

Une planète bleue, de nouveaux milieux de vie (eau douce, eau salée, rivière, lac, mer, océan…).

Je connais

L’existence de l’eau liquide sur notre planète avec 70% d’océans et 30% de continents et sa répartition dans différents endroits (mer, lac, nappe phréatique, banquise...).

Je mets en pratique

Je fais attention à ma consommation en eau douce pour rincer mon matériel.

Pour en savoir plus

L’eau n’est pas très abondante dans l’univers et elle est très rare sous sa forme liquide. Notre planète est située à une certaine distance du soleil et possède donc un régime étroit de température et de pression qui permet l’existence de l’eau liquide (en plus de l’eau sous forme gazeuse et de la glace). Mais cela ne permet pas d’assurer l’alimentation de toute la planète en eau potable puisque la plus grande partie est salée.

Répartition de l'eau sur la Terre

Image

J'observe

De l'eau plus ou moins salée.

Je connais

L’origine des sels minéraux et leur concentration dans les mers et océans suite à l’évaporation.

Je mets en pratique

J’adapte mon lestage à chaque fois que je plonge dans un milieu aquatique différent !

Pour en savoir plus

Certains minéraux ont pour origine les premiers âges de la formation de la planète, expulsés par les volcans, d’autres proviennent des sources hydrothermales profondes, d’autres encore de l’érosion des parties continentales. De nombreux minéraux proviennent également de la décomposition de la matière organique (excréments, cadavres, feuilles mortes…). Si les sels minéraux sont présents aussi dans les rivières, ils ne font qu’y transiter, emportés par les courants. Ces eaux sont dites douces car elles contiennent moins de 1gr de sels dissous par kg d’eau. Arrivés en mer ou dans les océans, ils vont s’y accumuler plus ou moins selon l’évaporation. Leur quantité augmente progressivement jusqu’à 30 à 40 gr par kg d’eau qui devient…salée !

D'où viennent les sels minéraux ?

Image

J'observe

Un milieu en mouvements.

Je connais

L’origine des vagues, des marées et des courants.

Je mets en pratique

J’observe le site de plongée et si j’ai un doute, je vérifie avec mon moniteur que mon matériel (palmes), mon expérience et ma condition physique me permettent de plonger dans une eau un peu agitée.

Pour en savoir plus

  • Les vagues se forment sous l’effet du vent qui pousse l’eau en surface.
  • Des courants peuvent se créer aussi avec les vents mais les grands courants qui circulent dans la totalité d’un océan ont pour origine des différences de températures et de salinité de l’eau.
  • Les marées ont pour origine des phénomènes astronomiques (attraction Terre/Lune, rotation de la Terre). Ces mouvements d’eau dépendent des profondeurs des masses d’eau et des obstacles qu’elles peuvent rencontrer (relief sous-marin, découpage des cotes…). Toutes les mers et océans y sont soumis.

Des marées en Méditerranée ?
La mer Méditerranée n’échappe pas aux marées mais celles-ci sont peu perceptibles la plupart du temps (sauf pour les habitants de Venise !), le marnage étant de 40 cm en moyenne. De plus, la montée des eaux peut être contrecarrée dans certaines régions (Golfe du Lion, PACA) par des épisodes de Tramontane ou Mistral violents.

Les vagues et la marées

Image

Les milieux de

VIE AQUATIQUE

Image
Les êtres vivants évoluent (biocénose) dans un milieu de vie avec des caractéristiques physico chimiques variables (biotope). Tous ces éléments interagissent au sein d’un écosystème, y compris le plongeur. Un écosystème évolue dans le temps jusqu’à un état d’équilibre qui peut être aisément rompu par les activités humaines.

J'observe

Des êtres vivants.

Je connais

Un être vivant se définit par son cycle de vie organisé, après la naissance, par la croissance et la reproduction. Ces deux étapes nécessitent de la matière et de l’énergie apportées par l’alimentation et la respiration.
Un être vivant se rencontre à un endroit où les éléments nécessaires à sa respiration et son alimentation sont présents.

Je mets en pratique

Sous l’eau j’essaie de déranger le moins possible en faisant attention à mes mouvements et je ne laisse pas traîner mon matériel. Si j’ai déplacé un organisme, je le remets au même endroit. Je ne remonte rien en surface.

La vie est-elle présente partout ?

Oui mais pas dans les mêmes proportions ni les mêmes formes.
Les plus résistantes aux conditions de vie extrêmes (très chaud ou très froid, sans lumière ou très acide) sont dans une certaine mesure, des algues et champignons (60°C) et des micro-organismes (bactéries) pouvant résister à 100°C.
Ces formes de vie se retrouvent au niveau des geysers de Yellowstone, dans la mer morte (30% de sel), dans les sources hydrothermales (milieu de l’Atlantique, 350°C à 4080 m dans l’obscurité) et même dans la fosse des Mariannes (11000 m, point le plus profond connu), certains poissons en zone polaire vivent à -1°C et certaines algues se développent… sur les glaciers !

Les geysers de Yellowstone

Image

J'observe

Des animaux et des végétaux.

Je connais

La différence entre un végétal et un animal. Attention car sous l’eau, de nombreux animaux ressemblent à des végétaux !

Je mets en pratique

Je fais attention à mon matériel et ma stabilisation pour ne pas abîmer la faune et la flore fixées.

Pour en savoir plus

Sur Terre, on considère souvent les végétaux comme immobiles et les animaux comme capables de se déplacer. Sous l’eau, cette distinction devient très difficile car beaucoup d’animaux se déplacent peu ou sont fixés.
Les végétaux se définissent comme des organismes contenant un pigment vert particulier : la chlorophylle.
Les animaux se définissent comme des organismes (sans chlorophylle) possédant (à part quelques exceptions) une bouche, un orifice buccal ou un bec.
L’Homme est donc un animal comme un autre !
Les végétaux minuscules (phytoplancton) en suspension dans l’eau fournissent entre 50 et 80% de l’oxygène de l’air (4 fois plus que la végétation terrestre). Et non le poumon de la planète n’est pas en premier la forêt amazonienne mais bien les océans. (Certains êtres vivants sans chlorophylle, ni bouche, ne sont ni des végétaux, ni des animaux mais autre chose… C’est le cas des champignons, des bactéries.)

Spirographe

Image

J'observe

Des êtres vivants à certains endroits et pas à d’autres.

Je connais

Le milieu aquatique peut être occupé dans ces 3 dimensions où la profondeur, avec l’accès à la lumière est très importante.
Classiquement, on distingue les espèces vivantes sur le fond (benthiques), au-dessus du fond (démersales) et celles vivants en peine eau (pélagiques).
Cependant de nombreux organismes ne restent pas aux mêmes endroits toute leur vie ou même toute la journée et peuvent entamer des migrations verticales et/ou horizontales. A un endroit donné, la répartition des êtres vivants peut changer selon les heures, les saisons, les années …

Je mets en pratique

J’apprends à regarder sous moi (sur le fond), devant moi, au-dessus de moi (pleine eau) et parfois je me retourne !
J’apprends la patience : je peux plonger plusieurs fois au même endroit et voir des organismes différents (ou pas !) d’une plongée à l’autre.
Quand j’observe un être vivant, j’observe aussi le milieu où il est (sur le sable, dans un trou, sur des petits cailloux, sur un gros rocher...). Si je veux le revoir au cours d’une autre plongée, je devrais le chercher dans un milieu équivalent !

Pour en savoir plus

La répartition des êtres vivants dans le milieu dépend :
  • Des caractéristiques physico-chimiques du milieu de vie : température, luminosité, oxygène…
  • De l’accès à la nourriture.
  • Des moyens de protection contre les prédateurs.

Les êtres vivants dépendent les uns des autres pour se nourrir et forment des réseaux alimentaires dont le point de départ est en général un végétal. Lorsqu’un maillon vient à disparaître, tout le réseau peut se trouver modifier.

La chaîne alimentaire marine

Image

Commentez & partagez cette page

facebook_page_plugin